Belles émotions à Lausanne

0 Voyageurs, naturalistes et militaires coll. cantonales vaudoises

Belles émotions à Lausanne

Après Zurich et le Rietberg, grâce à Claire Brizon du musée cantonal de Lausanne, nous avons eu le cœur battant devant des objets sortis pour nous seuls.
Ils seront visibles fin septembre dans l’exposition Exotic ? tirée du livre déjà publié l’année dernière par le Musée cantonal d’archéologie et d’histoire de Lausanne, Voyageurs, naturalistes et militaires, consultable ci-dessous :

Publication

Dans les 3 ouvrages ci-dessous vous trouverez, à un degré moindre, des informations sur les objets que nous avons découverts :

Sur l’histoire du musée cantonal
Histoire du musée

Voir aussi l’article sur le musée de l’Académie
Académie

Et enfin un autre sur l’exposition Exotic ? à venir
A venir

On peut s’interroger sur l’origine d’une collection d’objets indo-océaniens dans un musée cantonal suisse, la Suisse n’étant pas connue pour des expéditions de découvertes ou de colonisation.

Les principaux donateurs furent des botanistes au nombre desquels on compte Benjamin Delessert (1773-1847) et William Morton, des militaires qui louèrent leurs services à d’autres pays, et d’autres aux ambitions commerciales, qui témoignent ainsi de l’histoire de la Suisse au 19ème siècle.

Benjamin Delessert, banquier philanthrope français fut initié tout jeune par son précepteur Jean-Jacques Rousseau à la botanique qui occupa toute sa vie. C’est son intérêt pour les planches de botanique ramenées par des expéditions maritimes dont celle d’Antoine Bruni d’Entrecasteaux à la recherche de la Pérouse de 1791 à 1793, qui l’amena à acquérir l’herbier constitué par Jacques-Julien Houtou de la Billardière qui faisait partie de cette expédition. Ainsi l’inscription de six des pièces ethnographiques de la collection Delessert est référencée dans l’Atlas de Voyage à la recherche de La Pérouse de la Billardière paru en 1799 ce qui nous vaut de pouvoir mettre côte à côte les objets collectés et leur représentation sur cet Atlas. Un autre nom se rencontre souvent si on feuillette ces planches, celui de Jean-Hubert Pirou dessinateur de l’expédition dont les gravures illustrent la relation de J.J. Houtou de la Billardière.

Les objets mêmes collectés par d’Entrecasteaux, passèrent après son décès du scorbut en mer aux mains des Anglais puis furent restitués à la France grâce à Joseph Banks qui avait été le maitre de la Billardière en Angleterre. On en retrouve aussi au musée de Bergen et d’Oslo.

Je vous donne les photos des objets océaniens qui nous furent présentés, plus ou moins habilement zoomés, en laissant de côté, pour une prochaine fois peut-être, ceux fort intéressants eux aussi, venant de Guyane et de Sumatra (Batak).

1 hache ostensoir Nelle Caledonie Atlas L.B2 hache ostensoir3 hache ostensoir détail

Vous trouverez page 33 du livre Voyageurs, naturalistes et militaires dont vous avez le lien ci-dessus le commentaire sur cette hache ostensoir ou n’bouet de Nouvelle Calédonie qui nous fut présentée dans un écrin.
Vous remarquerez au-dessus des tresses en poil de roussette un petit lien noir et blanc :  un artiste kanak, invité par le musée à voir cet objet le reconnut comme étant celui de son grand-père, il fut autorisé à y nouer un brin de son foulard.

Autre objet remarquable, une massue également de Nouvelle-Calédonie dont vous trouverez la notice en haut de la page 36.

4 massue bois Nelle Caledonie Atlas L.B5 casse tête tonga apa'apai et massue Nelle Caledonie6 massue Nelle Caledonie detail

Enfin une splendide massue apa’apaï de l’archipel des Tonga, à la coupe transversale losangique, présentant des accidents aux deux angles supérieurs.
Voir la notice en page 37. Vous apprécierez la virtuosité de la sculpture des différents motifs, personnages armés, ancre (ce qui pourrait dater cet objet comme contemporain de l’arrivée des Européens), peigne, fougère, pigeons.

7 casse-tête tonga détail ancre et personnages8 casse-tête tonga détail personnage et club9 casse-tête tonga detail fougère10 casse-tête tonga detail pigeons

 

Dernier objet à vous présenter : un tapa de Tahiti, ou plutôt un poncho car il présente une ouverture en son centre, décoré de motifs végétaux, voir page 29 du document sur l’exposition Exotic ? à venir.

11 poncho en tapa Tahiti

Voir aussi, le livre auquel Claire Brizon a participé :

B.Douglas, F.W. Veys,B. Lythberg, Collecting in the South Sea. The Voyage of Bruni d’Entrecasteaux 1791-1794 Leiden 2018

Vivement l’automne à Lausanne !

M.N

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s