Les Inthas du lac Inlé en Birmanie (Myanmar)

Avant le déconfinement et l’ouverture des musées (vous êtes dans les starting blocks, n’est-ce pas?), un petit tour en Birmanie avec Christian chez les Inthas, en commençant par une leçon de pêche.

Les Inthas du lac Inlé en Birmanie (Myanmar) : Photos (février 2020) et textes de Christian Travers

Comme leur nom l’indique (« fils du lac ») les Inthas vivent dans et autour du lac Inlé. Dans une région dominée par les Shans ils sont environ 80 000 et se répartissent dans 17 villages plus ou moins bâtis sur pilotis. Ils vivent principalement de la pêche et du maraichage et ils exercent ces deux activités de façon très originale.

Ce sont les hommes qui recherchent le poisson en conduisant d’élégantes pirogues à fond plat. Elles glissent sans bruit et sans remous afin de ne pas effrayer le poisson. Pour le repérer de toute leur hauteur dans les eaux peu profonde ils se tiennent en équilibre sur un pied à l’extrémité arrière de la frêle embarcation. C’est avec l’autre jambe qu’ils godillent car leurs deux mains sont occupées pour la pêche. Avec la première ils tiennent une grande nasse conique en rotin et de l’autre un trident dont ils se serviront dès qu’un poisson sera piégé.

De façon aussi étrange, les femmes assurent le jardinage sur des jardins flottants ancrés au fond du lac par des piquets en bambou. Ceux-ci sont constitués de roseaux séchés et tressés, de racines aquatiques, d’herbes et enfin de boues limoneuses qui provient du curage des canaux et aussi de compost. De cet humus flottant plus léger que l’eau les Inthas obtiennent une grande variété de légumes qu’elles transportent et vendent sur des marchés flottants qui se tiennent tout autour du lac. Mais la communauté laborieuse et prospère des Inthas ne s’en tient pas là. Les hommes font aussi de la poterie et certains sont forgerons. Et les femmes sont d’habiles tisserandes.

Bien qu’ils n’aient pas abandonné leurs traditions animistes le bouddhisme fait partie de leur vie et l’on compte plus de mille temples et grands stupas autour du lac. Au début de l’automne des statues du Bouddha parcourent le lac, de monastère en monastère, sur une barque royale en forme d’oie

 

                                                                                                     

 

.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s