Voyage à La Rochelle, deuxième partie

Ce jeudi 2 décembre nous commençons notre journée à La Rochelle par la visite du museum d’Histoire Naturelle, et c’est un magnifique dodo naturalisé mais réglementairement masqué qui nous accueille

Ce musée qui regroupe géologie, botanique, zoologie et collections ethnographiques est installé dans un grand bâtiment du XVIIIè siècle. Son point de départ fut le cabinet Lafaille (actuellement en restauration mais dans lequel nous avons pu jeter un œil et apercevoir des coquillages), légué par Clément Lafaille, érudit du XVIIIème siècle, à la Société des Belles Lettres avant de devenir le musée Lafaille en 1832 dans le bâtiment actuel.

Par la suite des collections ethnographiques viennent rejoindre l’ensemble naturaliste à la suite du démantèlement des collections du musée de la Marine, dont des objets ramenés par Dumont d’Urville.

C’est Etienne Loppé conservateur depuis 1915 qui donna un essor remarquable aux collections ethnographiques grâce à ses nombreuses relations avec collectionneurs et marchands, il put ainsi acheter dans de nombreuses ventes (Eluard-Breton).

Après une importante rénovation démarrée à la fin du XXème siècle le musée rouvre en 2007 tout en ayant conservé le charme des siècles passés avec pourtant une scénographie parfois époustouflante.

La conservatrice du museum, Elise Patole-Edoumba nous fait découvrir un des ensembles remarquables du musée, la collection de terres cuites Sao (du Xè au XVIè siècles) rapportée de leurs fouilles au Tchad par Jean-Paul et Annie Lebeuf (têtes et jarres funéraires ) et une autre magnifique tête sao collectée par Roger Gatau.

Tissu dida de Côte-d’Ivoire

Mais c’est dans les combles aménagés sous la charpente que sont regroupés par région géographiques de magnifiques et rares pièces : éléments d’architecture et masques kanak, rambaramp à deux têtes, fougère et tambour du Vanuatu , une remarquable vitrine de masques de Mélanésie , un formidable groupe malangan et un rare moaï-kavakava à 2 têtes de l’ile de Pâques – voir lien.

Rambaramp à deux têtes

Nous traversons ensuite des salles où le objets sont classés par usage, armes, outils, tissus, vêtements.

Tapa de Tahiti
Fougère et tambour du Vanuatu
Groupe malangan
Moaï-kavakava à 2 têtes

Juste le temps de reprendre nos  esprits avant d’aborder les objets africains, une vitrine de masques geledé rangés comme à la parade et un groupe de téké qui semblent prendre ombrage du voisinage de la vedette du musée le célèbre masque kwele à côté du muziri bembe.

Masques Gélédé
Masque kwele à côté du muziri bembe
Groupe de statuettes téké

Nous quittons le museum et revenons sur terre en prenant des forces au café de la Paix fondé en 1850 au beau décor Belle époque.

Le groupe s’égaille dans la Rochelle et quelques curieux partent à la découverte du musée du Nouveau Monde tout proche. Il est abrité lui aussi dans un ancien hôtel particulier du XVIIIè siècle dont La Rochelle a le secret.

Nous sommes accueillis dans la cour par Toussaint Louverture magnifiquement statufié par le grand sculpteur sénégalais Ousmane Saw (photo lors de l’inauguration.).

Ce musée est passionnant pour tous ceux qui s’intéressent à l’histoire des rapports de la France et de l’Amérique dès que les explorateurs, marins et commerçants partirent vers ce continent pour le découvrir puis le coloniser et en exploiter les richesses. Les beautés de l’architecture rochelaises en sont la preuve, il n’est que de regarder l’escalier de ce musée qui fut la demeure d’un grand planteur rochelais Aimé de Fleuriau.

Ce musée mériterait une visite approfondie car les documents et objets présentés sont bien documentés, on y apprend ainsi beaucoup sur installations françaises outre-atlantique en Nouvelle-France, en Louisiane, au Brésil, les plantations, l’esclavage, les tribus amérindiennes et le commerce triangulaire, et jusqu’à la ruée vers l’or, qui expliquent le développement des villes côtières de l’Atlantique.

Il se fait tard, le soleil se couche entre la tour Saint Nicolas et la tour de la Chaine, Paris nous attend…

Texte Mariette Naboulet, photos Claude Sibelly, Claude Lafoy, Yann Meyer et Mariette Naboulet

Des liens intéressants  :

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s