Du musée Branly à la bibliothèque Sainte Geneviève

L’exposition WAMPUM, les perles de la diplomatie, présentée depuis le 8 février jusqu’au 15 mai 2022 à l’atelier Martine Aublet du musée Branly, nous rappelle l’importance de la présence française en Amérique du Nord dès le 16è siècle que nous devons à Jacques Cartier explorateur malouin à l’époque de François 1er, qui y fit trois voyages en 1534, 1535 et 1541. Ainsi le musée Branly conserve plus de 250 pièces provenant du Canada et des Etats-Unis collectés entre les 17è et 20è siècles.

Cette exposition nous permet de découvrir les colliers de wampum, perles de coquillages blanc et violet « tissées » en colliers, ou simplement branches de porcelaine. Ces objets furent traditionnellement utilisés dans les échanges entre tribus amérindiennes, mais de façon beaucoup plus originale servirent à matérialiser la parole donnée. Puis les Européens se conformèrent aux coutumes locales et négocièrent ainsi alliances et traités avec les Iroquois, Hurons et Abenakis.

Ces colliers sont aussi importants que des traités écrits et leur tradition est toujours vivante dans les terres iroquoises.

Par exemple un wampum fut envoyé à Louis XV comme cadeau de la part de quatre chefs des Illinois par l’intermédiaire d’une délégation de missionnaires, et qui est maintenant au musée Branly.

D’autres wampum magnifiques sont exposés ici, qui sont conservés à Chartres faisant partie du Trésor de la cathédrale, car ils ont été fabriqués dans le cadre des missions, jésuites ou autres, par des communautés converties qui les ont offerts comme objets de dévotion pour honorer les saints et le clergé français.

Si cette exposition nous captive c’est qu’elle nous raconte une partie de l’histoire de France en Amérique du 16è au 18ème siècle bien mal connu des Français, mais aussi parce qu’elle nous montre, en plus des wampun, de magnifiques objets collectés à cette époque-là et conservés depuis longtemps au cabinet de la bibliothèque Sainte-Geneviève près du Panthéon.

Venant de ce cabinet on peut découvrir dans l’exposition de Branly un casse-tête, fin 16è début 17è, en bois dur – composé d’un manche et d’une masse sphérique – incisé et incrusté d’une quinzaine de wampum, symbole de paix, sur le dos du manche.

Photo prise à la bibliothèque Sainte Geneviève

Également de ce même cabinet, une massue en bois blond en forme de coutelas datant du 17è siècle présentant des dessins peints sur une face, il s’agirait de pictogrammes particuliers à son premier propriétaire.

Photo prise à la bibliothèque Sainte Geneviève

Ce cabinet de la bibliothèque Ste Geneviève est très facile d’accès ; vous pourrez y retrouver d’autres artefacts venant de l’Amérique du Nord, telle une pipe complète en catlinite, toujours du 17è venant des Grands Lacs ou du Midwest.

Et de l’Amérique du Sud comme de superbes massues de Guyane.

Et un remarquable bâton de cérémonie arawak (ou marajo).

Pour aller plus loin sur la question des wampum, consulter la vidéo visite de 20 minutes de l’exposition par Paz Nuñez-Regueiro, commissaire de l’exposition et Jonathan Lainey :

1 commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s